Vivre sur l'eau : Ganvié la Venise de l'Afrique au Bénin

Sur le lac Nokoué, à une trentaine de kilomètres de Cotonou au Bénin, se dresse la Venise de l’Afrique : Ganvié est une cité lacustre entièrement construite sur pilotis au XVIIIe siècle, par les habitants de la région échappant à l’esclavage. Aujourd’hui, on y compte 30000 habitants qui y vivent essentiellement de la pêche.

Le quotidien, c’est en pirogue qu’il se déroule. L’eau est le ciment de la cité lacustre et la pirogue, un luxe indispensable si on ne veut pas se déplacer en pirogue-stop. Dès l’aube, la cité s’anime avec le départ des hommes pour la pêche ou le ramassage de sable. Puis ce sont les enfants qui partent pour l’école en pirogue scolaire tandis que les femmes prennent en charge le marché flottant, l’approvisionnement en eau potable et les tâches domestiques.

Chacun trouvera dans Ganvié tous les services nécessaires : mairie, « PTT », écoles... Un mécanicien est toujours disponible pour les moteurs hors bord fatigués des pirogues. L’église est la destination la plus prisée par les embarcations flottantes. Chaque dimanche, la messe, gaie et fédératrice, est le prélude idéal d’un bon repas de famille constitué de poisson ou de poulet bicyclette accompagné de riz.

Ganvié est cependant menacée par l’exode rural de la nouvelle génération, lassée par une économie articulée autour des pirogues, par les minces perspectives professionnelles et attirée par les richesses et le confort de la terre ferme. Aussi précaire que les pilotis qui soutiennent ses habitations, l’avenir de Ganvié est également mis en péril par la montée des eaux due au réchauffement climatique et la pollution (les ordures étant déversées dans le lac). Le réchauffement des eaux influence de manière significative le métabolisme, le taux de croissance, la reproduction saisonnière et la susceptibilité des poissons aux toxines. Ceci induit leur migration et constitue une menace de pénurie alimentaire et économique pour la population.

Tandis que ses enfants portent sur leurs frêles épaules l’avenir de la cité, la vie reprend son cours chaque jour à Ganvié, rythmée par la circulation des pirogues. C’est une vie dénuée de superflu qui se déroule au pied des habitations sur pilotis. Un équilibre inédit s’offre à nous. Observer Ganvié, c’est élargir sa vision à un monde navigant entre moiteur, chaleur, couleurs et vie.

Voir plus dans Bénin : Ganvié, la Venise de l'Afrique

Catégories: Blog

Partager: Twitter Facebook Pinterest Tumblr Google+