Change Face, laisser une trace des traditions ancestrales...

Photographe voyageur depuis quelques années, j'ai pu rencontrer au cours de mes escapades en Afrique et en Asie, des peuples aux rituels singuliers.

L'histoire d'un peuple, ses coutumes et ses mœurs sont au cœur de ma photographie. Afectionnant tout particulièrement les portraits, j'aspire à dévoiler des visages, des expressions ou encore des regards diférents.

Les modifcations du visage ont toujours attisé ma curiosité. A travers le monde, de nombreux peuples les pratiquent, tant au niveau du visage que du corps et parfois même de manière défnitive.

Les femmes Chin en Birmanie ont pour coutume de se tatouer le visage tout comme les Maoris en Nouvelle-Zélande ou encore les Mentawais au large de Sumatra en Indonésie, dont le corps tout entier est marqué à l'encre.

Lors de mon tour du Bénin en moto en 2012 je fais la rencontre de l'un de ces peuples, les Bétamarribés, qui oriente leur rite vers les scarifcations du visage.

Fasciné par leur pratique singulière, ils alimenteront leur premier opus de ce projet, Change Face au Bénin.

Change Face au Bénin

Le Bénin est un trésor de diversité culturelle et ethnique. Depuis la nuit des temps, les peuples pratiquent et perpétuent les traditions ancestrales, dont la scarification des visages et des corps.

Les Bétamarribés sont un peuple vivant dans les montagnes de l’Atakora, au nord du Bénin et sont considérés dans tout le pays comme les maîtres de la scarifcation.

Le mot Bétamarribé signife « architecte de la terre ». Grands agriculteurs et bâtisseurs, ils construisent les tatas sombas, ces maisons uniques ressemblant à des petits châteaux. Jadis, elles servaient, la nuit, à protéger les troupeaux des bêtes sauvages et des maraudes des marchands d’esclaves.

L’extérieur de ces maisons est décoré de sillons semblables aux motifs des scarifcations dessinées sur les visages des Bétamarribés, rappelant elles-mêmes les sillons creusés dans les champs pour la culture.

Traditionnellement, les Bétamarribés vivaient nus. Avec l’arrivée des vêtements, beaucoup ont commencé à abandonner les scarifcations sur le corps. Attirés par la ville et le mode de vie occidentale, les jeunes ne souhaitent plus être marqués à vie sur leur visage.

La tradition des scarifcations se perd, les Bétamarribés pouvant exhiber cette pratique ancestrale sont de moins en moins nombreux.

A travers le projet photo Change Face, je souhaite aller à la rencontre de ces dernièrs Bétamarribés, les photographier et échanger avec eux sur cette culture en voie de disparition afn de laisser une trace de cette tradition ancestrale qu'est la scarifcation.

Partenaires, futur partenaires, un dossier complet de présentation du projet est disponible, merci de me transmettre vos coordonnées je vous en envois une copie rapidement.

Pour réaliser des photos de haute qualité, je vais travailler en lumière artificielle grâce à un studio mobile. Afin de financer ce matériel couteux ainsi que la présence d'un réalisateur pour le tournage d'un making of, une campagne de financement a était lancée sur Ulule : http://fr.ulule.com/change-face/.

M.AJ. 09.2015 : La campagne a été une grande réussite ! Merci à tous les participants !

Des soutiens de marque

be.ez mon partenaire privilégié

Double Sens - EdiLyFe - Manfrotto - Nanuk France - Nikon France - Wacom

Catégories: Blog, CHANGEFACE

Partager: Twitter Facebook Pinterest Tumblr Google+