Indonésie : les porteurs de soufre du volcan Kawah Ijen...

Mai 2014, de passage à Bali entre les rizières philippines et la Thaïlande nous en profitons pour retourner voir les porteurs de soufre, du volcan Kawah Ijen, rencontré pour ma part une première fois en juillet 2011. L’endroit n’a pas ou peu changé, le bleu du lac se mêlant au jaune du soufre fait toujours son effet. Le site est de toute beauté. Un brouillard matinal est bienvenu, il participera au fait d’avoir des photos à l’ambiance bien différente de ma première visite.

L’ascension est toujours aussi raide, mais heureusement, brève. Le chemin est de type forestier, il n’y a pas de difficulté technique mais ça grimpe sec !

Nous empruntons ensuite une voie rocailleuse et pentue, en descente cette fois, pour rejoindre le coeur du cratère. Dans l’obscurité, à 5h du matin nous entendons les grincements de paniers des porteurs de soufre qui travaillent déjà depuis 3 heures.

Le volcan Kawah Ijen

Le volcan Kawah Ijen, altitude 2386m, se trouve à l’Est de l’île de Java en Indonésie.

Au fond du cratère, à 2200m d’altitude, se trouve le plus grand lac acide du monde. D’après les mesures scientifiques, profond de 200m, il contiendrait jusqu’à 36 millions de litres d’eau. Il est considéré comme le plus grand lac acide sulfurique du monde, du fait des vapeurs toxiques du volcan qui se dissolvent dans ses eaux.

Les colonnes de fumées, appelées des solfatares, sont composées de soufre. Elles s’échappent du volcan à l’état gazeux et sont canalisées via de gros tuyaux. Refroidies par l’eau du lac, grâce à une pompe, les fumées passent à l’état liquide pour finir par se cristalliser. Les porteurs cassent ensuite les blocs à la barre à mine afin de charger leur panier.

Les porteurs de soufre

Les volcans font partie des merveilles naturelles qui attirent. Outre le fait que le Kawah Ijen soit plus ou moins accessible et vraiment encore une fois de toute beauté, ce qui fait sa force sont ces porteurs de soufre. Ces hommes ont été mis dans la lumière en 1997 par Nicolas Hulot, dans l’émission Ushuaïa Nature. Sur le chemin nous en rencontrons beaucoup. Malgré la difficulté de leur travail, certains restent souriant et jovial mais beaucoup sont plus que fatigués et ont sans doute largement dépassé les limites de leur corps. Les porteurs effectuent un dur labeur, munis d’une paire de bottes en plastique le plus souvent déchirées, voire parfois simplement de tongs. Ils gravissent jusqu’à 3 fois par jour, pour les plus vigoureux, le volcan afin d’en ramener le précieux soufre.

Pour se protéger des vapeurs toxiques, certains possèdent un masque à gaz, maigre protection surtout quand les filtres ou cartouche de charbon ne sont jamais changés... Les moins chanceux se contentent d’un chiffon humide. Après 1km de montée épuisante, ils leurs restent 3km de descente avant d’arriver au camion qui transportera le soufre à l’usine de traitement. Avant cela, ils passent par « la cantine » où leur panier seront pesés. De 60 à 100kg, la moyenne est de 90kg de charge par porteur.

Le kilo de soufre est payé 800 rupiah (environ 0,048 centimes d’euros !) soit environ 4,32€ par chargement. Les porteurs sont bien payés pour l’Indonésie, ils gagnent environ 2 fois le salaire moyen. Cela ne compense pas pour autant la dureté de leur courte vie. La lourdeur des paniers associée aux émanations toxiques posent de nombreux problèmes de santé pour ces travailleurs, dont l’espérance de vie est seulement de 40 ans...

Voir plus dans Indonésie : les porteurs de soufre du Kawah Ijen

Catégories: Blog

Partager: Twitter Facebook Pinterest Tumblr Google+